Thème

Église

Auteurs

Pierre-Henry NAU

Lieu

Montbéliard

Date

23/11/2003

La place des hommes dans l’Église

Le sujet vous surprend-il ?

Effectivement, je n’ai pas le souvenir de l’avoir vu traiter lors d’une réunion, d’une rencontre de jeunes, d’un week-end… Si vous feuilletez un catalogue de littérature biblique (BPC, MB, CLC), aucun livre ne l’aborde spécifiquement, alors que les ouvrages sur les femmes sont nombreux. Pourtant je vois deux raisons majeures d’aborder le sujet :

  1. Sous certains aspects, le rôle des hommes dans l’Église est spécifique. Il faut s’enlever de la tête l’idée que l’homme a un rôle standard, et la femme un rôle spécifique, accessoire. Le rôle des hommes est aussi spécifique, sexué, que celui des femmes.
  2. Quelquefois, j’ai l’impression que dans l’Église, les hommes sont assez décevants. L’Église manque d’épaules, de muscles, de contrebasses. Souvent, on pourrait presque dire que la place des femmes est un strapontin usé alors que celle des hommes est… un fauteuil vide.

Alors, voyons ce que la Bible dit de la place des hommes, et voyons comment remédier à leurs carences.

Voici mon plan :

Du premier au second Adam

  1.  Adam
  2.  Jésus
  3.  Adam ou Jésus ?

Les hommes du Nouveau Testament

  1.  Dans les évangiles
  2.  Dans l’Église primitive

Les hommes dans l’Église

  1.  Dans la famille
  2.  Dans la société
  3.  Dans la vie religieuse

Du premier au second Adam

  1. Adam

  •  Ses prérogatives :
    • Prédisposé au travail physique et à la science : avant que la femme n’entre en scène, l’homme se voit confier 2 tâches :
      • Cultiver le jardin et le garder (Gen 2,15)
      • Donner des noms aux animaux (Gen 2,19)
    • Primauté sur la femme : Gen 1 : homme et femme sont créés à l’image de Dieu, à égalité, mais Gen 2 donne à l’homme a une certaine primauté : la femme est créée après lui, pour lui (« une aide qui lui corresponde »), de lui (tiré d’une côte, ou d’un chromosome ?…) (Gen 2 ; 1 Cor 11 ; 1 Tim 2)
  •  Ses défauts :
    • Irresponsable : Gen 3,6 :  » Et la femme vit que l’arbre était bon à manger, et qu’il était un plaisir pour les yeux, et que l’arbre était désirable pour rendre intelligent ; et elle prit de son fruit et en mangea ; et elle en donna aussi à son mari pour qu’il en mange avec elle, et il en mangea « 
    • Lâche : Gen 3,12 :  » Et l’homme dit : La femme que tu m’as donnée pour être avec moi – elle, m’a donné de l’arbre et j’en ai mangé « 
    • Dominateur : Gen 3,16 :  » A la femme, il dit : … Ton désir sera tourné vers ton mari, et lui, il dominera sur toi « .
  •  Ses héritiers :
    • Un exemple d’irresponsable : Achab (1 Rois 16-21 : Laisse Jézabel installer l’idolâtrie en Israël, tuer les prophètes, comploter contre Naboth…)
    • Un exemple de lâche : Pilate (Matt 27,24 : Se lave les mains)
    • Des exemples d’hommes ayant une relation possessive et égoïste avec la ou les femme(s) :
      • Salomon (1 Rois 11,3) : il totalisera 700 femmes et 300 concubines…
      • Amnon (2 Sam 13,15) : avoir aimé Tamar à en être malade, et après l’avoir déshonorée, il s’est mis à « la haïr aussi fort qu’il l’avait aimée ».
  1. Jésus

  • Sa masculinité :
    • Son autorité :
      Il est persuasif dans ses paroles : Matt 7,28-29 : « Et il arriva que, quand Jésus eut achevé ses discours, les foules s’étonnaient de sa doctrine ; car il les enseignait comme ayant autorité, non pas comme les scribes »
      Il prêche assis (c’est mentionné 5 fois), ce qui semble montrer son aisance : « Or, voyant les foules, il monta sur la montagne ; et lorsqu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui ; et ayant pris la parole, il les enseigna.  » Matt 5, 1
    • Son audace :
      Il brave l’opposition : Jn 11,7-8 :  » Après cela, il dit à ses disciples : Retournons en Judée. Les disciples lui disent : Rabbi, tout à l’heure les juifs cherchaient à te lapider, et tu y vas encore ! « 
    • Sa bienveillance :
      Lors de son arrestation, au lieu de se faire couvrir par ses disciples, c’est lui qui les couvre : Jn 18,4 et 8 :  » Jésus s’avança et leur dit : Qui cherchez-vous ?…Jésus répondit : Je vous ai dit que c’est moi ; si donc vous me cherchez, laissez aller ceux-ci. « 
    • Sa sensibilité :
      Jn 11,33 :  » Jésus donc, quand il la vit pleurer, et les juifs qui étaient venus avec elle, pleurer, frémit dans son esprit, et se troubla… Jésus pleura. »
    • Son célibat : Il est célibataire et valorise le célibat : Matt 19,12 :  » …il y a des eunuques qui se sont fait eux-mêmes eunuques pour le Royaume des cieux. Que celui qui peut le recevoir le reçoive  »
  •  Ses conceptions : on peut dire qu’il coupe les ailes aux « mâles triomphants » :
    • Il est anti-machiste :
      Il condamne la répudiation : « Moïse, à cause de votre dureté de cœur, vous a permis de répudier vos femmes ; mais au commencement, il n’en était pas ainsi. » Matt 19,8
      Il défend souvent les femmes contre les hommes : la femme adultère contre les pharisiens, la femme pécheresse contre Simon, la femme syrophénicienne contre les disciples, Marie de Béthanie contre Judas…
    • Il est anti-mégalo :
      Il prêche une conception nouvelle de la grandeur :  » Vous savez que ceux qui sont réputés gouverner les nations dominent sur elles, et que les grands d’entre eux usent d’autorité sur elles : mais il n’en sera pas ainsi parmi vous, mais quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur… Car aussi le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir…  » Marc 10,42
    • Il est non-violent :  » Alors Jésus lui dit : Remets l’épée en son lieu ; car tous ceux qui auront pris l’épée périront par l’épée  » Matt 26,52.
  1. Adam ou Jésus ?

Dans tous les domaines, un homme peut prendre soit Adam, soit Jésus comme modèle :

  •   Dans la vie politique :
    Tel homme politique vise t-il une carrière politique, ou l’intérêt de son pays ?
    Qu’est-ce qui l’anime: la démagogie ou une idéologie ?
  •  Dans la vie professionnelle :
    En tant que patron, suis-je brutal ou convenablement autoritaire ?
    En tant qu’employé, qu’est-ce qui m’intéresse : ma fiche de paye ou un travail bien fait ?
    En tant qu’enseignant, suis-je enclin à juger ou à éduquer ?
  •  Dans la famille :
    En tant que mari : suis-je macho et directif ou généreux et porté sur le dialogue ?
    En tant que père, est-ce que je frappe sous l’emprise de la colère ou est-ce que je corrige, et je donne l’exemple ?

Les hommes du Nouveau Testament

  1. Dans les évangiles

  •  Les 12 disciples :

    Le choix de 12 hommes est-il naïf ? On peut lui trouver plusieurs explications:

    • La raison pratique : il est plus facile d’aller par monts et par vaux avec une équipe d’hommes qu’avec des femmes. Mais en Luc 8,3, nous lisons qu’il y avait des femmes qui suivaient Jésus pour l’assister.
    • La raison théologique : les 12 apôtres ont eu une autorité toute particulière dans l’église primitive, ce qui est plutôt le rôle des hommes.

Parmi les disciples, Pierre apparaît comme un monument de virilité primaire : il est plutôt terre à terre (ce qui l’a touché, c’est la pêche miraculeuse), flambeur (« je te suivrai jusqu’à la mort »), coléreux (il sort son épée au moment de l’arrestation).

Mais c’est à Pierre que le Seigneur a donné le plus de responsabilités dans le début de l’Église. Auparavant, le Seigneur l’aura de multiples fois corrigé et éprouvé. Ceci me semble montrer que le Seigneur emploie la virilité à condition qu’elle soit tout d’abord brisée.

  • Des hommes approuvés :
    • Ceux dans la maison desquels Jésus est entré : souvent ceux qui étaient rejetés par la société : Zachée (percepteur et petit : Luc 19,1-10), Matthieu, Simon le lépreux.
    • Ceux dont il a dit du bien : essentiellement des juifs pieux :
      • Nathanaël (dont il souligne les qualités morales): Jn 1, 48 : « Voici un vrai israélite en qui il n’y a pas de fraude ». Jésus le trouve « sous le figuier » (symbolisant le fait de porter du fruit spirituel).
      • Le jeune homme riche  (id, au départ)
  • Des hommes repris vigoureusement :
    • Les donneurs de leçon : pharisiens, docteurs, scribes (En Matt 23, il sont traités d’ « hypocrites, fous, aveugles, sépulcres blanchis, serpents, races de vipères »…)
    • Les violents : Jacques et Jean (Luc 9,54 : « Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés »), Pierre
    • Les peureux : Pierre (Marc 16,23 : « Va, arrière de moi Satan »)
    • Les matérialistes : Judas (Jean 12,7)
  1. Dans l’Église primitive

  • Pierre : il incarne le style d’autorité démocratique :

    Jésus lui avait donné une autorité exceptionnelle : Matt 16, 16

    En Act 11, 4, il prend la peine de s’expliquer : « Mais Pierre se mit à leur exposer les choses par ordre… »

    En Act 15, 7, il semble bien qu’il adopte la position de ses opposants.

  • Paul : lui incarne l’abnégation :

    Par exemple en Act 21,13 : « Mais Paul répondit : que faites vous en pleurant et en brisant mon cœur ? Car, pour moi, je suis prêt, non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus »

  • Aquilas : lui et Priscilla sa femme forment un couple équilibré ; Aquilas est mentionné 6 fois dans le NT, toujours avec sa femme Priscilla. Il semble qu’ils agissent toujours de concert.

    et ayant trouvé un Juif, nommé Aquilas, originaire du Pont, tout récemment venu d’Italie, ainsi que Priscilla sa femme (parce que Claude avait commandé que tous les Juifs sortissent de Rome), il alla à eux; (Actes 18: 2)

    Et Paul, ayant demeuré là encore assez longtemps, prit congé des frères et mit à la voile pour la Syrie, et avec lui Priscilla et Aquilas, après qu’il se fut fait raser la tête à Cenchrée, car il avait fait un voeu. (Actes 18: 18)

    Et il se mit à parler avec hardiesse dans la synagogue. Et Aquilas et Priscilla, l’ayant entendu, le prirent et lui expliquèrent plus exactement la voie de Dieu. Actes 18: 26

    Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’oeuvre dans le Christ Jésus. Romains 16:3

    Les assemblées de l’Asie vous saluent. Aquilas et Priscilla, avec l’assemblée qui se réunit dans leur maison, vous saluent affectueusement dans le Seigneur. 1 Corinthiens 16:19

    Salue Prisca et Aquilas et la maison d’Onésiphore. 2 Timothée 4:19

Les hommes dans l’Église

Je vais me baser essentiellement sur les exhortations spécifiques aux hommes, aux maris : ce sont les passages employant le mot « aner » (homme mâle), à ne pas confondre avec « anthropos » (être humain en général) : Le mot « aner » se trouve 192 fois dans le NT (contre 503 fois le mot « anthropos »).

Remarquons que plus de la moitié des emplois de « aner » se trouvent dans le livre des Actes : j’aime à en déduire -de façon un peu empirique, il est vrai- que le premier caractère de l’homme chrétien doit être l’ACTION !

  1. Dans la famille

  •  Le célibat

    Le célibat est valorisé dans le NT, tant pour les hommes que pour les femmes.  » Celui qui n’est pas marié a le coeur occupé des choses du Seigneur, comment il plaira au Seigneur; mais celui qui s’est marié a le coeur occupé des choses du monde, comment il plaira à sa femme « . 1 Cor 7, 32-33
    « Ainsi, et celui qui se marie fait bien; et celui qui ne se marie pas fait mieux. » 1 Cor 7, 38

  • Le mari

    Il doit être caractérisé par :

    • l’amour : « Maris, aimez vos propres femmes, comme aussi le Christ a aimé l’assemblée et s’est livré lui-même pour elle » Éphésiens 5:25,
      « Maris, aimez vos femmes et ne vous aigrissez pas contre elles ». Colossiens 3:19
    • le respect de la nature féminine : « Vous les maris, de même, menez la vie commune en tenant compte de la nature plus délicate de vos femmes; montrez-leur du respect, puisqu’elles doivent hériter avec vous la grâce de la vie, afin que rien n’entrave vos prières. » 1 Pierre 3:7
    • le don de soi, qui doit être réciproque : « Que le mari rende à la femme ce qui lui est dû, et pareillement aussi la femme au mari. La femme ne dispose pas de son propre corps, mais le mari; et pareillement aussi le mari ne dispose pas de son propre corps, mais la femme ». 1 Corinthiens 7:3-4 
    • la monogamie est la règle (1 Cor 7: 2). Dans le contexte transitoire de l’église primitive, elle est déjà obligatoire pour les anciens : « il faut donc que le surveillant soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, sage, honorable, hospitalier », 1 Timothée 3: 2
      « Si quelqu’un est irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient pas accusés de dissipation, ou insubordonnés »… (il peut être ancien)  Tite 1: 6 
    • le divorce est exclu : (vu en Matt 19,3-9)
  •  Le père

    • L’autorité parentale revient aux deux parents et les deux doivent être honorés : : « Enfants obéissez à vos parents (gonéus = parents, et non pater = pères), honore ton père et ta mère ». Eph 6, 1 
    • Mais la responsabilité dans la discipline et l’éducation pèse sur le père : « Et vous, pères, ne provoquez pas vos enfants, mais élevez-les dans la discipline et sous les avertissements du Seigneur. » (pater = pères) Éphésiens 6: 4
      Le père doit discipliner ses enfants, mais sans les traumatiser : »Pères, n’irritez pas vos enfants, afin qu’ils ne soient pas découragés ». Colossiens 3:21

L’homme et la femme : comparaison avec l’Islam 

égalité des sexes :

 
Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu ; il le créa homme et femme. (Gen 1, 27)Les hommes ont autorité sur les femmes parce qu’Allah a créé les premiers supérieurs aux deuxièmes . (Coran 4, 38)

Devoirs du mari :

« Maris, aimez vos propres femmes, comme aussi le Christ a aimé l’assemblée et s’est livré lui-même pour elle » (Ephésiens 5:25)« O messager d’Allah, quel est en fait le droit de la femmes sur son mari ? Le messager répondit : C’est que le mari lui donne à manger quand lui a fini de manger, qu’il lui donne des vêtements une fois qu’il est habillé, qu’il ne lui donne pas une tape au visage, qu’il ne l’insulte pas, qu’il ne la quitte pas si ce n’est à l’intérieur de la maison ». (Haddith)

Dignité de l’épouse :

« Vous les maris, de même, menez la vie commune en tenant compte de la nature plus délicate de vos femmes; montrez-leur du respect, puisqu’elles doivent hériter avec vous la grâce de la vie, afin que rien n’entrave vos prières. » (1 Pierre 3:7)« Et des signes qu’il créa pour vous de vous-mêmes, épouses, que vous puissiez vous reposer sur elles. » (Coran 30,20)

« Les femmes justes sont obéissantes, celles que tu crains peuvent être rebelles, reprends-les, chasse-les sur leur lit et frappe-les ». (Coran 4,38)

Droit sur le corps :

« Que le mari rende à la femme ce qui lui est dû, et pareillement aussi la femme au mari. La femme ne dispose pas de son propre corps, mais le mari; et pareillement aussi le mari ne dispose pas de son propre corps, mais la femme « . (1 Corinthiens 7:3-4) = RÉCIPROCITÉ« Si un homme appelle sa femme pour assouvir son désir, qu’elle vienne vers lui même si elle est occupée au four.  » (Haddith) = SENS UNIQUE

Fidélité du mar:

« Vous avez ouï qu’il a été dit : Tu ne commettras pas adultère. Mais moi je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis adultère avec elle dans son cœur « . (Matt 5,27-28)« Nous nous disputions avec le messager d’Allah, alors que nos femmes n’étaient pas avec nous. Nous avons posé la question suivante : Ne devrions-nous pas nous faire castrer ? Le saint prophète nous empêcha. Après quoi il autorisa le mariage mutah. C’est ainsi que tous, nous épousâmes une femme pour un temps déterminé en échange d’un vêtement. » (Haddith)

(Dans le droit français, ce que Mahomet a appelé le mariage mutah, s’appelle de la prostitution).

  1. Dans la société

Comme je l’avais dit à propos des femmes, le christianisme n’a pas pour vocation de régler la vie civile. Il s’en réfère aux lois mises en place par les autorités. En gros, il se contente d’exhorter les responsables à la bienveillance, les subordonnés à la soumission, et tous à la charité. Mais il n’attribue pas une fonction différente aux hommes et aux femmes. 

Exemples :

  • Simon (Joppé) : travaille le cuir
  • Corneille (Césarée): centurion
  • Eunuque éthiopien : intendant
  • Aquilas (Corinthe) : fabrique des tentes
  • Geôlier de Philippes : gardien de prison
  • Illettrés (apôtres), d’autres instruits ou très instruits comme Paul et Apollos
  1. Dans la vie religieuse

Points communs et différences avec les femmes :

Points communs :

  • Égalité de valeur devant Dieu : dans le Christ,  » il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Jésus-Christ « . (Gal 3,27). Le christianisme abolit les différences de race, de statut social et de sexe.
  • Mêmes dons : apôtre, évangéliste, pasteur, docteur, prophète…
  • Mêmes services 

Rôles spécifiquement masculins :

J’en vois trois essentiels :

  • les anciens,
  • la prise de parole publique,
  • l’enseignement.

3.1. Les anciens

Trois mots en grec : Presbytéros (âgé, expérimenté) Episcopos (surveillant, berger) Igouménos (conducteur, leader)

Mais en 1 Pi 5,2 et Héb 13,17 : les presbyteros et les igoumènos veillent ou surveillent !

En Tite 1,6, les épiscopos ne doivent pas être des nouveaux convertis (donc ce sont des presbytéros !)

Ces trois passages m’amènent à penser que presbytéros, épiscopos et igouménos recouvrent la même réalité que nous appellerons les anciens.

Ils représentent l’autorité dans l’Église, mais pas toute l’autorité : l’autorité dans l’Église est avant tout celle de Jésus, son chef. Ensuite, le NT parle de trois formes d’autorités « déléguées » et donc jamais absolues :

  • l’autorité ministérielle
  • l’autorité épiscopale
  • l’autorité communautaire
  • Autorité Ministérielle : « Ordonne ces choses et enseigne-les » (1 Tim 4,11) « Annonce ces choses, exhorte et reprends, avec toute autorité de commander. » (Tite 2,15). C’est l’autorité de celui qui enseigne.
  • Autorité Épiscopale : « Obéissez à vos conducteurs et soyez soumis, car ils veillent pour vos âmes comme ayant à rendre compte » (Héb 13,17) « Jeunes gens, soyez soumis aux anciens » (1 Pi 5 ,5). C’est l’autorité des anciens.
  • Autorité Communautaire : Matt 18,18 : « Tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel ». Elle intervient pour les questions graves (discipline, divorce ?)

Les qualités des anciens

Versets:

  • 1 Tim 3,1-7 : « Cette parole est certaine, que si quelqu’un aspire à la surveillance, il désire une oeuvre bonne, il faut donc que le surveillant soit irrépréhensible, mari d’une seule femme, sobre, sage, honorable, hospitalier, propre à enseigner, non adonné au vin, non batteur, mais doux, non querelleur, n’aimant pas l’argent, conduisant bien sa propre maison, tenant ses enfants soumis en toute gravité. Mais si quelqu’un ne sait pas conduire sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’assemblée de Dieu? Qu’il ne soit pas nouvellement converti, de peur qu’étant enflé d’orgueil, il ne tombe dans la faute du diable. Or il faut aussi qu’il ait un bon témoignage de ceux de dehors, afin qu’il ne tombe pas dans l’opprobre et dans le piège du diable ».
  • Tite 1,5-9 : « Je t’ai laissé en Crète dans ce but, que tu mettes en bon ordre les choses qui restent à régler, et que, dans chaque ville, tu établisses des anciens suivant que moi je t’ai ordonné, si quelqu’un est irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient pas accusés de dissipation, ou insubordonnés. Car il faut que le surveillant soit irréprochable comme administrateur de Dieu, non adonné à son sens, non colère, non adonné au vin, non batteur, non avide d’un gain honteux, mais hospitalier, aimant le bien, sage, juste, pieux, continent, tenant ferme la fidèle parole selon la doctrine, afin qu’il soit capable, tant d’exhorter par un sain enseignement, que de réfuter les contredisants ».

Regroupées, on en comptabilise 18, soit 2 fois plus que le fruit de l’Esprit (9 caractères en Gal 5, 25 !). Les voici, je ne commenterai que celles qui sont en bleu :

  1. Irréprochable : pas facile, pas au bénéfice de l’âge, ça se mérite. « Un frère âgé qui a des choses à se reprocher, ce n’est pas un ancien, c’est un vieux charnel ». (E Bénévolo)
  2. Mari d’une seule femme : pas célibataire ? Sans doute, Paul veut-il dire « maximum une » (pas de polygamie)
  3. Conduisant bien sa propre maison : tant que les enfants sont sous son toit (Tite 1,6: « pas dissipés »: cela concerne des enfants !)
  4. Sobre
  5. Continent
  6. Sage
  7. Juste
  8. Pieux
  9. Doux
  10. Honorable
  11. Hospitalier
  12. Tenant ferme la parole : pas de démagogie, ne pas toujours vouloir faire plaisir aux jeunes (ils doivent apprendre qu’ils ne sont pas au centre du monde !).
  13. Propre à enseigner : ne pas se retrancher derrière son statut, expliquer, « vendre » si besoin.
  14. Aimant le bien : ne pas se lamenter:  » de mon temps… « , encourager ceux qui font bien
  15. N’aimant pas l’argent
  16. Bon administrateur
  17. Pas nouvellement converti : 10 ans de vie chrétienne engagée (anciens d’Éphèse en Actes 20) ?
  18. Bon témoignage

Le rôle  des anciens

  • Ils veillent sur l’église locale et la guident : « J’exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi qui suis ancien avec eux et témoin des souffrances de Christ, qui aussi ai part à la gloire qui va être révélée, paissez le troupeau de Dieu qui est avec vous, le surveillant… » 1 Pi 5,1-4
    • Veiller (comme un berger) = veiller pour protéger, et non pas épier pour juger. Il s’agit d’un oeil bienveillant et non inquisiteur.
    • Comment guider le troupeau ? De façon désintéressée et surtout par l’exemple : « …non point par contrainte, mais volontairement, ni pour un gain honteux, mais de bon gré, comme dominant sur des héritages, mais en étant les modèles du troupeau; et quand le souverain pasteur sera manifesté, vous recevrez la couronne inflétrissable de gloire. »
  • Ils restent à bord quoiqu’il arrive, selon le modèle du souverain berger selon Jean 10, 11-12 : « Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Celui qui n’est pas le berger, qui n’est pas le propriétaire des brebis, mais que l’on paye pour les garder, se sauve, lui, dès qu’il voit venir le loup, et il abandonne les brebis; alors le loup se précipite sur elles, il s’empare de quelques-unes et disperse le troupeau »
    Si un ancien quitte l’église pour fuir les difficultés il démontre soit qu’il travaillait pour lui, soit qu’il n’était qu’une simple brebis (à ce moment là, sa fuite est légitime selon Jn 10, 5). 

En plus, ils interviennent pour 2 actes qui exigent un discernement particulier :

  • Ils donnent leur bénédiction pour le départ en mission : 1 Timothée 4:14 « Ne néglige pas le don de grâce qui est en toi, qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains du corps des anciens ».
  • Ils prient pour la guérison des malades : « Quelqu’un parmi vous est-il malade, qu’il appelle les anciens de l’assemblée, et qu’ils prient pour lui en l’oignant d’huile au nom du Seigneur » Jacques 5:14
  • En pratique, il faut bien qu’ils se réunissent de temps en temps (= réunion d’administration ou conseil presbytéral). Le concile de Jérusalem en Act 15 fournit un exemple : trois étapes : une discussion, puis une même conviction, et une décision prise.
    Le v22 montre que pour les décisions les plus importantes, il faut que l’assemblée entière soit impliquée dans la décision (autorité communautaire).

Les prérogatives des anciens

  • Comment sont-ils désignés ? Établis par le Saint-Esprit (Act 20, 28 : reconnus tacitement), parfois nommés par les apôtres (Tite 1, 5)
  • Ils doivent être honorés :  » Que les anciens qui président dûment soient estimés dignes d’un double honneur, spécialement ceux qui travaillent dans la parole et dans l’enseignement  » 1 Timothée 5: 17
  • Ils doivent être obéis : « Pareillement, vous, jeunes gens, soyez soumis aux anciens; et tous, les uns à l’égard des autres, soyez revêtus d’humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne la grâce aux humbles. » 1 Pi 5, 5

3.2. La prise de parole dans l’Église

Quatre passages clé:

  • 1 Cor 14, 26 : « Qu’est-ce donc, frères? Quand vous vous réunissez, chacun de vous a un psaume, a un enseignement, a une langue, a une révélation, a une interprétation, que tout se fasse pour l’édification ».
  • 1 Cor 14, 29 : « …et que les prophètes parlent, deux ou trois, et que les autres jugent ; et s’il y a eu une révélation faite à un autre qui est assis, que le premier se taise ».
  • 1 Tim 2, 8 : « Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, élevant des mains saintes, sans colère et sans raisonnement ».
  • 1 Cor 11, 4 : « Tout homme qui prie ou prophétise en ayant quelque chose sur la tête, déshonore sa tête »

En résumé, ces 4 passages présentent 7 principes :

  1. Spontanéité : pas de liturgie
  2. Utilité : pas de cinéma
  3. Évaluation : pas de gourou
  4. Ordre : pas de foire
  5. Bonne conscience : pas d’hypocrisie
  6. Sérénité, verticalité : pas de règlements de compte par prière interposée
  7. Tête nue : elle symbolise l’autorité

3.3. L’enseignement

Là aussi, pour faire bref, je citerai 4 passages, et 7 principes :

  • Tite 2, 7-8 : « Toi-même, tu dois donner l’exemple d’actions bonnes. Que ton enseignement soit authentique et sérieux. Que tes paroles soient justes, indiscutables, afin que tes adversaires soient tout honteux de n’avoir aucun mal à dire de nous ».
  • Eph 4, 29 : « Qu’aucune parole déshonnête ne sorte de votre bouche, mais plutôt celle qui est bonne, propre à édifier, et qui communique la grâce à ceux qui l’entendent »
  • 1 Cor 14, 1 : « Poursuivez l’amour, et désirez avec ardeur les dons spirituels, mais surtout de prophétiser »
  • 1 Thess 5, 19-21 : « N’éteignez pas l’Esprit ; ne méprisez pas les prophéties, mais éprouvez toutes choses ; retenez ce qui est bon ».

Les 7 principes :

  1. Cohérence : avoir une manière de vivre conforme à ce que l’on enseigne.
  2. Justesse : être fondé
  3. Constructif, édifiant : qui permette de grandir dans la foi, pas d’admirer l’orateur, voire de devenir son disciple.
  4. Grâce : ne pas juger, exhorter
  5. Prophétie : meilleur don : laisser le champ libre à l’inspiration ; ne pas remplacer toutes les réunions d’édification par des exposés…
  6. Écouter : ne pas mépriser un sermon qui paraît décousu ou insipide
  7. Évaluer : ne pas avaler tout rond

Conclusion

Je vois deux créneaux particulièrement déficitaires dans l’Église auxquels tout hommes chrétien doit penser très sérieusement:

  • Les anciens
  • Les prophètes

D’une manière générale, je dirai que l’Église a besoin de frères qui aient les 4 qualités suivantes :

  • Engagés : assidus aux réunions, qui ont mis l’Église locale dans leurs priorités, et qui se sentent responsables de tout ce qui lui arrive et de son avenir, la portent dans la prière et qui se placent en première ligne pour l’évangélisation.
  • Inspirés : pas par les rengaines de leur communauté mais par une recherche personnelle et une vie de communion avec Dieu.
  • Protecteurs : qui conçoivent l’autorité comme un devoir et non un droit, une manière de protéger et pas une manière de régner.
  • Positifs : qui soient durs avec eux-mêmes et pas avec les autres, préoccupés du bien et non du mal, optimistes et pas pleurnicheurs, qui forment les jeunes au lieu d’en avoir peur et qui sont prêts à déléguer au lieu de s’accrocher à leur siège.

En un mot qui pensent, agissent et aiment comme leur Maître…