Thème

Salut

Auteurs

Andrew Nunn

Lieu

Bordeaux

Date

Non précisée

Évangéliser par sa manière de vivre

Par le passé, j’ai demandé à un groupe de chrétiens comment ils en étaient venus à recevoir Christ. Était-ce par un traité ou un livre? Ou en allant à un camp ou à une réunion d’évangélisation ? Ou était-ce un programme, un film ou un message à la radio ou à la TV ? Il y en avait quelques-uns dans certaines des catégories mentionnées, mais le plus grand nombre de participants en est arrivé à connaître Christ par une manière complètement différente : ils ont donné leurs vies à Jésus par l’amitié, le témoignage et l’influence d’un ami ou d’un proche parent !

Employez ce qui fonctionne !

J’ai peu de choses à dire au sujet de toutes les autres approches d’évangélisation. En effet, je les emploie moi-même tout à fait régulièrement. Mais n’est-ce pas du bon sens d’employer la méthode que l’expérience montre être la plus efficace ? Dans notre guerre contre l’ennemi, n’est-ce pas une saine stratégie que d’utiliser les armes qui lui font le plus de dommages ? Ne devrions nous pas consacrer la plus grande partie de notre temps et de nos efforts à utiliser la forme d’évangélisation qui fonctionne le mieux ? Ce n’est pas que nous devrions cesser d’employer d’autres méthodes, mais nous avons tous besoin d’employer principalement, ou pour certains d’entre nous, de commencer à utiliser l’approche qui implique d’être témoin durant notre vie entière envers ceux avec lesquels nous sommes naturellement en contact !

L’exemple de Christ

Pendant les trois années du ministère de notre Seigneur ici sur la terre, Il nous a donné un grand exemple en cela également : il est vrai qu’il a passé beaucoup de son temps à enseigner les multitudes, mais je pense qu’il est juste d’indiquer que la majorité de son temps a été passée dans l’amitié étroite avec douze hommes avec lesquels il a partagé ses repas, sa marche, sa vie, en fait, tout ! Il y a donc rien de neuf ou de révolutionnaire au sujet de l’évangélisation par sa façon de vivre. Notre problème est plutôt que nous nous sommes tellement influencés par des méthodes de roman que la meilleure et la plus efficace des méthodes a été oubliée…

Comment ne pas évangéliser…

Pour beaucoup de croyants, l’évangélisation est quelque chose qui doit être « fait » de temps en temps. C’est un inconfortable « devoir » que nous devons accomplir à certaines occasions. Ainsi nous sortons pendant quelques heures le samedi après-midi pour mettre des traités dans les boîtes aux lettres, et heureusement, personne ne vient à la porte ! Ou nous fixons nos espoirs sur la réunion d’évangélisation du dimanche après-midi, et nous prions en espérant que quelques « païens » entreront dans notre local, entendront le message et seront ainsi sauvés. Ou nous « faisons » périodiquement une des autres choses mentionnées ci-dessus. Quelques croyants, peut-être même avec justesse, reconnaissent qu’ils ne sont même pas bons pour évangéliser comme cela. Et ainsi, avec une conscience coupable, ils arrêtent complètement leurs efforts d’évangélisation !

Priez pour vos contacts inconvertis.

Comme pour la plupart des choses de la vie chrétienne, nous devrions commencer par la prière ! Paul a sincèrement prié pour que ses compatriotes juifs puissent en arriver à connaître Christ (Romains 10 : 1), et nous devons également prier de cette façon-là. Alors que nous prions pour nos voisins et amis inconvertis, Dieu commence à travailler dans nos propres vies, nous donnant un cœur ému pour eux. Il nous permettra de les atteindre efficacement. Il disposera également leurs cœurs pour être réceptifs à Sa Parole. Il nous donnera les occasions dans lesquelles nous pourrons parler, d’une manière naturelle, de notre foi dans le Seigneur. Mais voulons-nous prier pour que ceci se produise ? Peut-être nous devons prier, tout d’abord, afin que Dieu change nos cœurs, de sorte que nous voulions être employés d’une manière quelconque pour que nos amis soient gagnés pour Christ ! Si c’est le cas, n’ayons pas honte pour le Lui dire ainsi : Il nous comprend et Il nous aime ! Et Il nous répondra

Vivez un témoignage transparent et cohérent

Je suppose que c’est la deuxième condition pour une évangélisation efficace par sa façon de vivre : nos vies doivent montrer Jésus-Christ ! Notre Seigneur a dit ses disciples : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, en sorte qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux » (Matthieu 5 : 16). La manière avec laquelle nous faisons nos affaires, la manière avec laquelle nous jouons au football, la manière avec laquelle nous conduisons en voiture, la manière avec laquelle nous étudions, la manière avec laquelle nous réagissons aux difficultés dans notre famille, tout ce que nous faisons devrait permettre à Jésus de briller dans nos vies. Nos vies devraient être différentes ! Nous devons montrer constamment le style de vie alternatif du chrétien. Ceci exige de l’honnêteté sur nous-mêmes. Nous ne devrions pas présenter la façade fausse d’une vie « parfaite », mais être transparent, en montrant nos difficultés aussi bien que nos joies, nos luttes comme nos victoires…

Saisissez les occasions

Ceci nous amène à un autre fait indispensable : si nos vies doivent briller, nos « lampes » devront être visibles ! Jésus a mis en garde contre le fait de cacher nos lampes sous des boisseaux ou des pieds de lampes (Matthieu 5 : 15 et Luc 8 : 16) et Il a insisté sur la nécessité de témoigner par nos vies. Ceci signifie que nous devons avoir des contacts réguliers et pleins de sens avec des non chrétiens ! Je répéterai ceci, parce c’est impératif : nous devons avoir des contacts plein de sens avec des non chrétiens, et de façon régulière. Si nous ne faisons pas ainsi, quelque chose va sérieusement mal dans nos vies ! Une emphase particulière doit être mise sur ce point, parce que plus on est chrétien depuis longtemps, plus il nous est facile de nous déplacer entièrement dans des cercles chrétiens. C’est une tendance qui doit être combattue ! Si nous connaissons à peine les noms des voisins, sur notre propre rue, si nous avons rarement des contacts pleins d’intérêt ensemble avec ceux avec qui nous travaillons ou étudions, comment pouvons-nous être un témoin pour eux ? Nous devons avoir des moments pour faire des choses avec eux : invitez vos voisins pour une tasse de café, allez jouer au golf avec votre associé d’affaires, rejoignez d’autres familles au parc, achetez une glace, etc. ! Il n’est pas question de créer artificiellement une occasion de rencontre dans le but de parler à tout prix de son christianisme, mais plutôt de construire des amitiés pleines d’intérêt avec des non chrétiens, avec qui nous seront ouverts et avec qui nous partageront tout ce que nous sommes, y compris notre perspective chrétienne sur la vie.

Un danger à éviter :

Quand Jésus a prié pour ses disciples, il a dit : « Je ne fais pas la demande que tu les ôtes du monde, mais que tu les gardes du mal. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par la vérité ; ta parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde«  (Jean 17 : 15-18). Nous ne sommes pas du monde et nous devons donc vivre des vies saintes, mais notre Seigneur nous a également envoyés dans le monde. Quand nous commençons à avoir des relations avec des non-croyants, il y a un danger très réel de glisser dans des choses que nous ne devrions pas faire, ou aller dans des endroits où nous ne devrions pas aller, sans craindre de les offenser. Mais la solution n’est pas de se couper des incroyants. C’est alors que nous désobéirions à la deuxième injonction de notre Seigneur : Allez dans le monde ! Nous devons demander à Dieu la sagesse et le tact afin que nous puissions nous réunir sur des « terrains neutres ». Pas dans une boîte de nuit, mais dans un parc. Pas en buvant de la bière, mais une tasse de café. Pas en regardant une vidéo douteuse, mais en jouant à des jeux sains en famille.

Soyez prêts à parler de votre foi.

Cependant, vivre une vie chrétienne honnête et ouverte n’est pas assez : nous devons également être prêts à parler ! Pour certains, c’est plus facile que pour d’autres. En effet, il est beaucoup plus facile de parler pour certaines cultures et races que pour d’autres. Dans la plupart des sociétés occidentales, c’est devenu une règle non écrite qu’on ne parle pas de ce qui importe vraiment ; on « fait la conversation » au sujet du temps, au sujet des nouvelles, au sujet de n’importe quoi, excepté de ce que nous trouvons réellement important. C’est extrêmement dommage, et fait de nous des êtres moins humains. Une partie indispensable de notre témoignage doit être de verbaliser à ceux qui sont autour de nous sur ce que nous sentons, ce que nous pensons et ce que nous croyons. Cela fait partie du fait d’être entièrement humain. Pierre nous exhorte à être « toujours prêts à répondre, mais avec douceur et crainte, à quiconque vous demande  raison de l’espérance qui est en vous » (1 Pierre 3 : 15). Mais, demanderez-vous, comment pouvons parler de Dieu s’ils ne sont pas intéressés ?

Nous devons apprendre à converser !

Pour moi-même, je me sens plus à l’aise à écouter qu’à parler. Ce n’est pas entièrement une mauvaise chose ; en fait, pour converser clairement, nous devons apprendre à écouter correctement – et cela, pour comprendre vraiment ce que l’autre nous indique. Mais nous devons également nous exprimer. Et c’est ce que la plupart d’entre nous trouve difficile. Il semble artificiel de forcer le dialogue autour de Dieu et de la Bible ; et la direction normale de toutes nos occasions de conversations s’éloignent de tels sujets. Je suis venu à la conviction que la clef pour avoir généralement des contacts intéressants, pas simplement dans l’évangélisation, est de savoir poser des questions. En posant des questions appropriées, stratégiques, nous pouvons diriger une conversation sans la manipuler. Nous pouvons réellement dire très peu, mais nos questions ont encouragé l’autre personne à penser et à s’exprimer dans des domaines pleins d’intérêt. Ceci nous permet de dire ce que nous croyons également au sujet de ce qu’ils ont juste dit. De cette manière, le dialogue peut passer à des questions plus profondes d’une manière très normale, sans que notre ami ait le sentiment d’écouter un « sermon ».

Un modèle utile pour les conversations

Il y a un modèle que j’ai trouvé il y a quelques années et que je trouve très utile. Il est expliqué dans un excellent livre de Rebecca Manley (La saveur partagée, IVP). Elle regarde les conversations comme des oignons… Alors que nous « épluchons » des couches dans une conversation, nous allons de plus en plus profond dans l’esprit d’une personne. Habituellement, les conversations commencent par des questions d’intérêt général (Quel est votre travail ? Où habitez-vous ? Quel sport appréciez-vous ?). Puis nous posons davantage des questions d’intérêt spécifique (Qu’appréciez-vous dans votre travail ? Pourquoi avez-vous déménagé ? Où avez-vous grandi ?). Nous manquons fréquemment la couche suivante, mais elle est cruciale ; c’est la couche abstraite ou philosophique (Pourquoi êtes-vous étudiant en Histoire ? Êtes-vous satisfaits de ce que la psychologie vous enseigne au sujet de la nature humaine ? Quels aspects de votre éducation vous ont le plus affecté ? Quels sont pour vous les secrets d’une vie heureuse ?). Vient enfin la couche théologique (Que pensez-vous de ce que Dieu nous demande ? Que pensez-vous au sujet de Jésus mort sur la croix ?). Ceci peut être illustré graphiquement comme une série de cercles concentriques. L’idée est que, plus l’amitié s’approfondit et ainsi plus la confiance est gagnée, plus nous devrions graduellement aller vers des niveaux plus profonds. Nous ne devrions pas employer le modèle ci-contre comme une méthode rigide, mais c’est une manière extrêmement utile de focaliser et d’approfondir nos rapports avec tout le monde : conjoint, famille, croyants et non chrétiens.

La « coupe d’oignon », modèle pour développer des conversations

La famille: l’invention de Dieu pour nous aider

Plusieurs d’entre nous vivent dans un contexte de famille. Ceci nous fournit le champ le plus normal dans lequel nous devons être une lumière et que notre lumière luise. Pour ceux qui ont des membres de leur famille qui sont non-croyants, vivez votre vie dans votre contexte de famille, demandant à Dieu de vous aider à intéresser plus entièrement à chacun. Après avoir dit cela, naturellement nous devrions faire la même chose avec nos relations entre croyants aussi ! Mais ce que j’ai vraiment à l’esprit ici, c’est que nous devons être ouverts aux occasions que chacun a par sa famille et les contacts normaux qu’ils fournissent, pour développer des amitiés pleines d’intérêt avec des non chrétiens. N’ayons pas peur de leur ouvrir nos maisons. Aujourd’hui, peut-être plus que jamais avant, les familles se décomposent, et ainsi beaucoup de personnes sont blessées, seules et non satisfaites. Elles réagiront franchement à la chaleur et à l’amour qu’elles peuvent voir dans nos familles chrétiennes : mais seulement si elles peuvent voir nos familles d’une façon ouverte !

Alors, qu’est-ce qui nous arrête ?

Dans l’ère postmoderne dans laquelle nous vivons, où certaines méthodes pour communiquer le message chrétien – tels que l’imprimerie, la radio et la vidéo – deviennent de moins en moins efficaces, nous devons être comme ces « fils d’Issacar, qui savaient discerner les temps pour savoir ce que devait faire Israël » (1 Chroniques 12 : 32). De même, investissons notre temps et nos vies dans ce qui importe vraiment ! L’évangélisation par sa façon de vivre est une façon enrichissante de vivre. Cela est non seulement approuvé par Dieu, mais c’est une manière très efficace d’amener beaucoup d’âmes à Christ, et c’est également la manière la plus enrichissante de vivre nos vies ! C’est également la façon de vivre la plus complètement humaine, parce que nous avons été créés pour développer des relations profondes : premièrement avec Dieu mais également entre hommes. Quand nous nous coupons de ceux avec qui Dieu nous a mis en contact, nous devenons également perdants. Ainsi qu’est-ce qui nous arrête ? Relevons nos manches et comptons sur Lui ! Et notre Seigneur nous aidera, parce que c’est sa volonté expresse : « Allez dans le monde » !